DRUNK

Alors que tout le monde « eat healthy », entretien son corps et son esprit, un réalisateur danois du nom de Thomas Vinterberg décide de mettre en avant des profs qui se murgent au travail.

Dans un lycée danois, quatre professeurs décident durant un repas au restaurant de mettre en pratique cette théorie : Il manquerait au corps humain 0,5g d’alcool par litre de sang pour être heureux et efficace. Du moins, c’est le prétexte, parce qu’objectivement, les quatre amis prennent un grand plaisir à aller travailler alcoolisé et vivre de la même façon.
Le personnage principal de cette histoire, Martin, est un professeur d’histoire interprété par l’ultra-charismatique Mad Mikkelsen, et a la vie la plus chiante du monde. Le temps a détérioré son couple, sa passion pour son travail, et surtout sa joie de vivre. Il tourne à l’eau gazeuse et est d’un ennui et d’une passivité mortelle. Cette expérience va être pour lui l’occasion de repartir d’un nouveau pied, et d’oublier toute ses inhibitions.

Hey les gars, ça vous dit on se bourre la gueule au travail ?

être bourré c’est rigolo

Bien entendu, le pitch de base laisse entendre un bonne comédie potache sur l’alcool et ses effets festifs. C’est le cas. Le film s’ouvre d’ailleurs sur un jeu absurde comme les étudiants savent tant en organiser : une course en duo ou il faut porter une cagette de bière et en boire une à chaque checkpoint, en recevant un bonus de temps si vous vomissez en duo. C’est complètement absurde, mais tellement plausible. Quand il s’agit de se bourrer la gueule, on peut faire confiance aux humains, et surtout aux étudiants. Le film provoque le rire, qu’on le veuille ou non. Parce qu’être bourré dans la rue, c’est drôle, parce que ivre on fait n’importe quoi, et surtout parce qu’on se reconnait aisément par les réaction lunaires et hilarantes que provoque l’ébriété. En revanche, quand il s’agit de tenir un cours d’histoire après avoir un peu bu, c’est plus délicat de se reconnaître, sauf si l’on est un professeur alcoolique, bien entendu. Pourtant ça fonctionne très bien, on comprend que ce fameux Martin, prof d’histoire désabusé puisse être libéré par un peu d’alcool. Il arrive à se détendre, à tenir son cours avec passion, être clair, et surtout à enfin intéresser ses élèves.
L’alcool n’est pas ici traité comme dans un spot de prévention, le traitement y est festif, les personnages savent quand ils ne peuvent pas prendre le volant d’une voiture, ils ne jouent pas les héros et restent des humains qui se lâchent un peu. Parfois trop.

« Juste un verre après on rentre t’inquiète. »

L’alcool c’est mal, m’voyez

On va pas se mentir, j’adore boire un coup, j’adore être bourré. J’aime moins quand j’ai abusé et que ça tourne et que je suis pas bien et que putain demain ça va être dur, et en effet ça l’est. Le film traite beaucoup les aspects positifs de l’alcool, ce qui est très agréable à une époque où tout est lissé. Mais il aborde aussi les effets pervers que cela peut avoir. L’instabilité émotionnelle, l’incontinence, l’humiliation sociale, la dépendance, ou encore bien entendu, l’alcoolisme.
Il n’est pas question ici de présenter l’alcool comme l’ennemi juré qu’il faut absolument combattre, mais de démontrer qu’un juste équilibre est nécessaire, dans sa consommation, comme dans sa vie.

Il est trop cool le nouveau prof modérément alcoolique !

L’alcool est un pretexte

Dans l’absolute (héhé), ce film ne traite pas véritablement le sujet de l’alcool, mais celui de la vie même en tant qu’individu émotionnel. L’alcool n’est ici qu’un prétexte pour se lâcher, un peu comme quand nous faisons une soirée entre amis et buvons sans véritable chose à fêter, ce n’est qu’un prétexte pour se lâcher, s’amuser, vivre. C’est tout le sujet de Drunk, vivre et se libérer du regard des autres et de ses propres freins, c’est une ode à la vie. Même si les excès peuvent mener à des drames, et qu’on connait les effets pervers de l’alcoolisme, le film nous encourage à être soi même, et à s’amuser, car à trop se brider et se soucier, on ne vit plus, et on ne veut ni l’un ni l’autre, on veut vivre.

MA NOTE

Note : 4.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :